Newsletters

Newsletter

Vous souhaitez recevoir régulièrement nos newsletters et être averti en avant première des nouveautés concernant l'IBEFE du Brabant Wallon ?

Nous vous invitons à vous inscrire à notre liste de diffusion en renseignant votre email ici.

Inscription

Newsletter n° 37 - Juin 2021 - 16ième numéro spécial >

SOMMAIRE

A vos agendas...

  • 22.06.2021 à 14h : Conférence de clôture (SPW Emploi-Formation, Interfédé, DG REFORM de la Commission Européenne, OCDE)

     « Renforcer la reconnaissance des compétences acquises en CISP » : recommandations pour la fluidification des parcours : inscription

  • Calendrier 2021 des « Séances IBEFE Brabant wallon » : les vendredis à 9h : 18.06, 27.08, 24.09, 29.10, 26.11, 17.12

Editorial du Président

C'est arrivé près de chez vous...

  1. Présentation d’un membre de l’IBEFE du Brabant wallon

  2. Conférence « La formation tripartite ou collaborative : un « plus » pour l’apprenant.e ! » le 1.06.2021

  3. Colloques NEETs « Vers une transformation des regards et des pratiques » les 6 et 12.05.2021

  4. Brochure « Le Brabant wallon en chiffres 2021 » - FESBW

  5. « Métierama, Mon métier, un jeu pour y penser » : nouvelle édition du jeu

  6. Droits numériques en Brabant wallon

  Cela se construit

  1. Les avancées du groupe de travail des métiers de l'aide et des soins à domicile

  2. Le groupe de travail Mobilisation

  3. Le secteur vert : analyse et perspectives

  4. Mai 2021 : « Le Mois du Qualifiant »

  5. Outil d’information pour les rhétos

  6. Pacte sur les Compétences

Articles intéressants à partager

Dans cette rubrique, nous faisons appel à vous pour le partage de connaissances et de points de vue sur les thèmes en lien avec nos préoccupations. »

   Editorial du Président

En ordre de marche ?

Avec l’arrivée de l’été et le progressif retour à la « normale », les perspectives semblent bien indiquer que la sortie du tunnel est proche …

Ce long parcours dans le flou de ce très long passage pandémique, nous a permis de bien réfléchir aux choses essentielles et aux projets innovants à réaliser dès que les portes du tunnel s’ouvriraient. Le monde – et singulièrement le monde de l’emploi, de la formation et de l’éducation – a connu des soubresauts durant les 15 derniers mois et de nouvelles « pratiques » se sont progressivement mises en place pour parer à l’immédiat.

Dès à présent, nous devons toutes et tous faire preuve de créativité et d’endurance, d’inventivité et de persévérance pour faire face aux nombreux nouveaux défis qui nous attendent comme professionnels dans nos secteurs respectifs, mais surtout à l’égard des bénéficiaires de nos initiatives. Ceux-ci en effet ont souffert de cette crise inédite, davantage probablement que nous le soupçonnons aujourd’hui. Les dégâts causés par cette crise vont se mesurer en termes d’années et vont laisser des traces sur toute une génération.

Les différents « plans » conçus et développés par la Wallonie sont là pour attester de la prise de conscience collective de l’ampleur des tâches et de la nécessité de mettre en œuvre des politiques, des stratégies et des actions concertées réunissant l’ensemble des parties prenantes issues du monde de l’enseignement, de la formation et de l’accompagnement vers l’emploi.

Si vous me le permettez, je souhaiterai dans ces quelques lignes (re)lancer un appel auprès des acteurs de l’IBEFE BW pour qu’ils attirent notre attention sur des projets innovants, porteurs d’une plus-value pour les bénéficiaires et surtout axés sur l’inclusion socioprofessionnelle. L’Instance dispose encore de quelques budgets qui peuvent facilement être utilisés pour encourager des initiatives locales et/ou en partenariat. Il est grand temps de nous les signaler pour que l’Instance soit à nouveau un vecteur d’innovation et de soutien à l’égard de projets conçus pour sortir de cette période de crise.

Aidez-nous dès lors à identifier des initiatives de ce type en Brabant wallon, et nous nous ferons forts de vous tenir informés des réalisations et des résultats, car les bénéficiaires nous attendent pour que nous les encouragions sur le chemin de la formation et de l’emploi. Utilisons la période des vacances d’été pour nous mettre en ordre de marche et pour constituer notre stock d’actions afin de pouvoir offrir de multiples perspectives dès le mois de septembre au plus grand nombre.

Jacques SPELKENS

Président IBEFE BW

               Appel à projets – Financement 2021 : IBEFE Bw

Missions de l’Instance bassin Enseignement Qualifiant – Formation – Emploi

  • Interface, dialogue et concertation
  • Appui au pilotage de l’enseignement qualifiant et de la formation professionnelle (1)
  • Mise en cohérence des offres de formation professionnelle et de l’enseignement qualifiant, avec les besoins sociaux économiques et avec l’offre existante.
  • Soutien au développement de politiques croisées issues de la Région wallonne, la FWB et la COCOF.
  • Réalisation du « Rapport analytique et prospectif » (APPUI ANALYTIQUE) et diffusion des « thématiques communes ».
  • Transmission d’informations, remise d’avis, formulation d’orientations (APPUI PROGRAMMATIQUE) en vue de l’ouverture ou du maintien d’une option de l’enseignement ou d’une formation qualifiante.
  • Développement de « Pôles de synergies » (APPUI OPERATIONNEL) visant l’émergence de projets.

(1) L’enseignement technique et professionnel (ordinaire, spécialisé, de plein exercice et en alternance), l’enseignement de promotion sociale, l’IFAPME, le FOREM, les CISP ...

 

C'est arrivé près de chez vous...

1. Présentation d’un membre de l’IBEFE du Brabant wallon

Membre représentant des opérateurs de formation-emploi-insertion pour l’IFAPME :

Monsieur Dario GROPPI

Je travaille en tant que collaborateur à l’IFAPME et suis chargé d’études et d’analyses statistiques. Je siège à l’Instance Bassin depuis environ un an. L’IFAPME est l’Institut wallon de la formation en alternance pour les petites et moyennes entreprises. Nous sommes un opérateur de formation qui travaille notamment avec un public jeune. L’âge des apprenants à l’IFAPME commence en effet à 15 ans mais nos formations s’adressent également, évidemment, à un public adulte. L’alternance, c’est se former principalement par la pratique du métier, en partie chez un patron de PME ou en entreprise plus grande, et en partie dans nos Centres de formation. Pour le public adulte, nous avons un volet particulier destiné aux futurs chefs d’entreprise et à la création d’activité. Une attention particulière est désormais aussi portée sur la filière de l’artisanat dit rare ou en péril. Cette filière a notamment pour objectifs la redynamisation de la création ou la reprise d'entreprise. L’IFAPME permet aussi de valider ses compétences.

L’IFAPME brasse l’ensemble des secteurs professionnels mais dont les plus représentés sont l’HoReCa, la construction et le commerce, les soins aux personnes ou encore la mobilité. Différents partenariats sont signés avec ces secteurs ainsi que les Centres de Compétences wallons.

Baignant dans les chiffres au sein de ma fonction, je ne peux m’empêcher de mentionner les plus de 200 formations réparties dans les 16 centres IFAPME en Wallonie, les quelques 17 000 personnes qui apprennent leur métier et les 9000 entreprises partenaires de l'alternance.

Actuellement, l’IFAPME attache une importance primordiale d’être au fait des besoins des entreprises, que ce soit en termes de qualification ou tout simplement en termes de besoins de main d’œuvre ainsi qu’une attention particulière aux métiers en pénurie.

Y répondre au mieux, c’est contribuer aux besoins liés à l’emploi de manière ciblée, adapter ou encore créer des référentiels de compétences. En d’autres termes, au niveau local, l’IFAPME se doit d’implanter des formations aux bons endroits pour permettre aux apprenants d’y trouver les entreprises idoines et d’apprendre par la pratique.

Je profite enfin de l’espace qui m’est attribué pour remercier l’Instance Bassin du Brabant Wallon, non seulement pour l’accueil, mais aussi pour la mise en place d’échanges riches et stimulants auxquels j’assiste et participe avec beaucoup d’intérêt !

Dario Groppi – Chargé d’études et d’analyses statistiques à l’IFAPME

2. Conférence « La formation tripartite ou collaborative : un « plus » pour l’apprenant.e ! » le 1.06.2021

Dans le cadre de l’axe de travail Alternance et Stages, soucieuse de se pencher sur les recommandations formulées au sein des groupes de travail et pôles de synergie, l’IBEFE Bw a consacré une conférence à laquelle près de 130 acteurs issus du monde de l’enseignement, de la formation, de l’emploi, du monde politique (…) ont participé ce 1ier juin. Les différents orateurs ont pu partager les forces et les faiblesses des systèmes ou projets mis en œuvre dans le cadre de la formation en alternance des apprenants.

Monsieur GURTNER, Professeur émérite de l’Université de Fribourg, a abordé « L’alternance en formation professionnelle initiale en Suisse, ses forces et ses faiblesses ». En Suisse, trois partenaires (l'association professionnelle, la Confédération et le canton) se coordonnent pour la mise en œuvre, tandis que trois lieux ou acteurs de formation différents coexistent dès les premiers jours de la formation : une entreprise formatrice ou un réseau d'entreprises, les cours interentreprises organisés par les associations professionnelles et l’école professionnelle. Des points d’amélioration se situent au niveau de la coopération entre ces acteurs, et plus précisément, par exemple, au niveau de la perception des uns et des autres, du travail à mener à partir d’un même contenu de formation, des contacts directs entre formateurs. Un autre point d’attention concerne l’intégration des différents apprentissages, celle-ci pouvant être favorisée par une nouvelle vision de la coopération, ainsi qu’une meilleure articulation des connaissances théoriques et pratiques.

Madame BERNARD, Chargée de mission Relations Internationales à l’IFAPME, a dressé le cadre du projet CoTraiN (projet Erasmus +) qui a permis la création de réseaux de formation collaborative dont un des avantages est de proposer une formation pratique en entreprise assurée à partir de la complémentarité de deux ou plusieurs entreprises. La qualité de la formation est ainsi augmentée et l’accès à de nouvelles entreprises formatrices est facilité. Le modèle successif et le modèle simultané offrent deux possibilités pour l’articulation d’entreprises complémentaires. Trois partenaires pilotes, Centoform (Italie), le CEFA de Court-Saint-Etienne et l'IFAPME Centre ont contribué à la réussite de ce projet et continuent actuellement à mettre en œuvre les résultats engrangés.

Mesdames Linda RIGATTIERI, (Responsable de la Coordination des Cours de Formation, Centoform), Sylvie LAENEN-GRAUX (Gestionnaire en matière de Contrôle Interne et de Contrôle Qualité, IFAPME), Rosa PRIMOCERI, Responsable Suivi Professionnel section HoReCa (CEFA de Court-Saint-Etienne), Doris WILLAME (Responsable Suivi Professionnel section TB/GTPE, CEFA de Court-Saint-Etienne) ont cité de nombreux exemples concrets pour illustrer leur propos. Les avantages sont nombreux, citons la logique « Win-Win », une meilleure qualification, un changement d’état d’esprit de la part des différents entrepreneurs impliqués, un changement de regard porté sur l’enseignement qualifiant, l’échange de pratiques interentreprises... Ce projet nourrit une réflexion permanente notamment par rapport aux possibilités d’octroyer aux entreprises complémentaires des agréments partiels. Un appel est lancé pour adapter le cadre réglementaire, et donc faire évoluer le cadre législatif actuel.

Madame Ann VANDEN BULCKE, Chargée de politiques à DG Emploi, Affaires sociales et Inclusion auprès de la Commission européenne, a rappelé le cadre européen, ainsi que l’objectif de promouvoir des systèmes d’éducation et de formation innovants et tournés vers l’avenir... L’EAFA (Alliance pour l’apprentissage) souhaite soutenir les apprentissages et la formation duale. Des engagements ont été pris par les acteurs pour offrir davantage d’opportunités d’apprentissage, de formations ou d’emplois. Dans le but d’améliorer les systèmes d’apprentissage en Europe, la Commission offre un service de soutien à l’apprentissage sous la forme d’un espace de connaissance, une plateforme pour faciliter l’échange d’idées et le développement de connaissances… Ce partage de connaissances est facilité par une bibliothèque en ligne, des discussions en direct, des modules de formation en ligne, des webinaires etc. Le Réseau européen des apprentis a également été évoqué.

Nous remercions les orateurs et l’ensemble des participants pour leur contribution à la réussite de cette matinée qui nous a permis d’en apprendre davantage sur la formation tripartite et collaborative, et d’envisager la poursuite de pistes futures.

Le replay de la conférence ainsi que les différents PPT seront bientôt disponibles sur notre site internet www.bassinefe-bw.be

3. Colloques NEET’S « Vers une transformation des regards et des pratiques » les 6 et 12.05.2021

L’Instance Bassin du Hainaut Sud a organisé en collaboration avec l’UCLouvain, l'Université libre de Bruxelles et le soutien du FNRS, deux colloques sur les « NEET’S », en présentiel et à distance les 6 et 12 mai derniers.

Depuis plusieurs années, l’IBEFE du Hainaut Sud développe des actions sur les « NEET’S[1] ». En savoir plus.

Les « NEET’S » sont définis par la négation, c’est étonnant et lourd de présupposés. On ne peut pas imaginer être inséré ailleurs que dans l’enseignement, la formation ou l’emploi. Les « NEET’S » sont des gens marginaux qui peuvent mettre en danger leur choix de vie et des autres. C’est lourd de conséquence.

Ces deux demi-journées visaient à favoriser le dialogue entre les chercheurs et les acteurs de terrain, et à transformer les regards et les pratiques.

Les chercheurs mènent des études qualitatives, notamment sur la jeunesse qui « sort des radars », et les acteurs qui travaillent au quotidien avec cette jeunesse constatent quelles difficultés elle rencontre. Une belle occasion le 6 mai dernier de croiser les regards sur cette catégorie « NEET’S », à partir d’expériences entre ces deux catégories d’acteurs.

La seconde après-midi d’échanges a porté sur ce que les « NEET’S » révèlent du fonctionnement de notre société.

L’utilité de cette initiative prend tout son sens à la veille du lancement de la programmation européenne, en vue de se nourrir d’expériences et d’alternatives, de voir les freins inhérents à la mise en œuvre de certaines mesures, ainsi que des expériences de créativité sur le terrain.

Si la « Garantie jeunesse » reste une priorité dans le cadre de la prochaine programmation du FSE, un premier grand changement dans le soutien de la jeunesse est l’élargissement de la tranche d’âge qui passe de 15 à 29 ans (au lieu de 24 ans). A suivre …

Retrouvez les replays dans l’onglet « Actualités » sur leur site internet ou via les liens suivants :

Les diaporamas sont disponibles sur demande : marie.pineragonzalez@forem.be

[1] « Cet acronyme (Not in Education, Employment or Training) désigne les jeunes qui n’ont pas d’emploi et qui ne suivent ni études, ni formation. Il s’agit d’un nouvel indicateur utilisé au niveau européen pour mesurer les difficultés d’accès à l’emploi et, plus globalement, l’insertion de ces jeunes. La tranche d’âge retenue par la Commission européenne est celle des 15-24 ans mais des projets, études intègrent les jeunes jusqu’à 30 ans. »

4. Brochure « Le Brabant wallon en chiffres 2021 » - FESBW

La Fondation Economique et Sociale du Brabant wallon (FESBW) vient d’éditer le « Brabant wallon en chiffres 2021 », ouvrage reprenant les principales statistiques économiques et sociales de la Jeune Province.

Afin de donner un maximum de visibilité à ce travail approfondi, le site internet de l’In BWpermet à tout un chacun de consulter cette brochure, de même que la comparaison avec les 2 versions antérieures.

5. «Métierama, Mon métier, un jeu pour y penser » : nouvelle  édition du jeu

Plus tard, je serai...

Archéologue, journaliste, cariste, chauffagiste ou encore bibliothécaire ? Deviner, dessiner ou mimer, pour découvrir des métiers et avancer dans son processus d’orientation, voilà ce que propose « Métierama : Mon métier, un jeu pour y penser ».

Métierama est un jeu composé de cartes métiers exploitables de différentes manières (plusieurs modes de jeu sont proposés). Cet outil vise à faire prendre conscience de la diversité des métiers. Il incite les joueurs à (se) poser des questions sur une grande variété de métiers. Il s’utilise en support à toute activité de découverte et d’information sur les métiers.

Crise sanitaire oblige, l’évènement de lancement de la réédition prévu au départ a dû se réinventer. C’est par une vidéo de présentation que de la réédition a été diffusée par courriel aux équipes éducatives des établissements scolaires des 10 bassins, mais également sur les réseaux sociaux, e-classe et sur le site d’enseignement.be.

Pour commander un exemplaire, remplissez ce formulaire.

6. Droits numériques en Brabant wallon

La Coordination Éducation permanente du Brabant wallon organisera tout au long de l’année un cycle de 4 conférences en virtuel et une rencontre portant sur :

• les droits numériques
• les droits à la culture
• les droits à la préservation de l’environnement
• les droits sociaux et économiques
• les droits à la démocratie

Le premier webinaire s’est tenu le mercredi 19 mai 2021 et a été consacré à la question des droits numériques en Brabant wallon.

« On constate que le développement du “tout au numérique” accentue les inégalités et exclusions d’une part de la population et la crise sanitaire renforce ce phénomène. »

« De nombreuses actions d’éducation permanente en Brabant wallon visent à permettre aux personnes d’augmenter leurs droits numériques et d’agir collectivement pour améliorer la situation ». Ces actions sont issues d’un appel à projet lancé par la Province.
 

Lors de ce webinaire riche en enseignement, différents moments ont été partagés :

Deux exemples d’initiatives menées en Brabant wallon :

  • « Les Tics à la rencontre de l’Alpha – le numérique à portée de l’alpha » Présentation de Sophia Papadopoulos, Directrice de Lire et Ecrire Brabant wallon, (ainsi que le témoignage d’un apprenant, utilisateur de la tablette)
  • « Participation citoyenne et droits numériques » Présentation de Jean-Luc Manise, formateur au CESEP

Un focus sur la lettre ouverte envoyée aux services de première ligne (et la mise en place d’un groupe de travail en découlant) a été présenté par Madame Béatrice Touaux, Directrice adjointe du Centre d’action Laïque Bw

Un regard critique sur « quel rôle pour l’éducation permanente dans la lutte contre les inégalités sociales numériques » Présentation de Périne Brotcorne, chercheuse au CIRTES et assistante à la FOPES –UCL.

Les réactions et compléments d’information ont été apportés par Sophie Keymolen, Députée provinciale ayant le numérique dans ses compétences. Cette dernière a notamment insisté sur l’enjeux économique du digital et pris l’exemple des écoles provinciales ayant intégré un cours de codage dans le cours de technologie

Pour aller plus loin, voici le lien vers l’enregistrement de la matinée ainsi que le site internet de l’organisateur de la conférence : la Coordination Education permanente du Brabant wallon

Cela se construit

1. Les avancées du groupe de travail des métiers de l'aide et des soins à domicile

Depuis novembre 2020, le groupe de travail sur les métiers de l’aide et des soins à domicile se focalise sur le métier de l’aide-ménager social, un métier méconnu et spécifique au secteur. L’objectif de ce groupe est de travailler sur la valorisation et l’image du métier.

A terme, deux formations seront proposées en Brabant wallon. Le groupe de travail se concentre actuellement sur l’accrochage du public afin de l’attirer vers ces formations. De plus, des pistes d’actions se développent pour valoriser et promouvoir le métier sur notre territoire.

2. Le groupe de travail Mobilisation

Pièces de puzzle bleues avec un puzzle rouge formant un cercle 

 

 

 

 

Le groupe de travail Mobilisation (piloté conjointement par le Service Relations avec les Opérateurs du Forem et   l’IBEFE Bw) s’est réuni ce jeudi 20 mai pour la dernière   matinée consacrée à l’accompagnement de projet à  l’aide  du Design Thinking (DT). Des ressources utiles  pour dynamiser les rencontres, les réunions ou   entretiens  ont été partagées et expérimentées lors de   cette dernière session.

Penser autrement, de façon plus créative une   problématique posée au départ est le but poursuivi par   le  DT, en l’occurrence, la difficulté à mobiliser certains publics plus éloignés ou fragilisés à entrer dans un processus d’insertion socio professionnelle, à s’inscrire en formation. Une première hypothèse supposait une difficulté à communiquer avec ce type de public. La pensée Design permet en quelque sorte de la requestionner grâce au travail collaboratif et une approche en diverses étapes.

Les dix partenaires impliqués dans l’aventure ont souligné l’ouverture d’esprit, l’émulation, l’enrichissement d’idées (…) que leur a apportés ce processus, malgré les difficultés liées au « distanciel ». Soulignons l’implication des partenaires et l’ambiance à la fois détendue et productive facilitée par les qualités d’animation de la formatrice, le projet s’étant poursuivi grâce aux applications

technologiques mises à disposition. Toutefois, les idées produites devaient idéalement être testées auprès des utilisateurs, ce qui dans le contexte sanitaire n’était pas envisageable.

La première évaluation « à chaud » est positive, les partenaires soulignant la découverte d’une méthode concrète pouvant être appliquée dans leur travail quotidien, mais restent « sur leur faim ». En effet, l’impression est de ne pas avoir épuisé la question de la Mobilisation ; des pistes concrètes ont été proposées mais ne sont pas abouties. Une réappropriation du processus, un questionnement par rapport à ce qui a été produit, un retour sur les premières étapes semblent nécessaires.

Suite à une évaluation plus approfondie, nous espérons pouvoir donner rendez-vous aux partenaires le plus rapidement possible afin d’envisager une suite à ce beau projet.

3. Le secteur vert : analyse et perspectives

Dans la newsletter n°35 de mars 2021, nous avions évoqué le lancement du groupe de travail « métiers verts » dont l’objectif était d’élaborer un diagnostic, de formuler des recommandations et de mettre en exergue certains métiers prioritaires pour le bassin ainsi qu’étudier les opportunités/possibilités de lancer ou soutenir des actions concrètes en Brabant wallon.

Suite au retour de ce groupe de travail qui s’est réuni le 12 mars 2021, nous avons pu finaliser notre analyse. Cette dernière est disponible dès à présent en cliquant ici.

Afin de poursuivre de manière concrète notre travail, nous aimerions réunir le groupe de travail au 4ème trimestre 2021. Des pistes d’action y seront proposées et discutées : suite au retour du sondage envoyé aux membre du groupe de travail, nous nous orientons vers les métiers de parcs et jardins et horticulture et aborderons notamment l’image des métiers (dont le positionnement des demandeurs d’emploi), l’orientation vers ces métiers, l’accès au permis de conduire, les stages…

4. Mai 2021 : « Le Mois du Qualifiant »

En cette période particulière 4 Chambres Enseignement ont décidé de mener un projet pilote dont le but est d’assurer la promotion des écoles qualifiantes durant le mois de mai.

En effet, l’objectif du projet « Le Mois du Qualifiant » est de réaliser une campagne de communication à grande échelle de promotion et de valorisation de l’enseignement qualifiant. Afin d’offrir un maximum de visibilité aux écoles qualifiantes des territoires, chacune est référencée sur une page internet commune pour leur permettre de communiquer sur les options organisées au sein de leur établissement. Cela donnera une occasion aux parents et aux élèves d’obtenir des informations concrètes et pratiques sur l’organisation de l’offre d’enseignement qualifiant, de découvrir le travail des élèves et s’orienter positivement vers de nouveaux horizons.

Visitez le site internet lemoisduqualifiant.be pour en savoir plus.

5. Outil d’information pour les rhétos

A la demande du Centre PMS provincial de Wavre, la Chambre Enseignement a édité une affiche reprenant quelques informations pertinentes pour aider les élèves à franchir le cap de la fin du secondaire.

Elle est visible sur notre site internet

                    BW

Si vous désirez vous l’approprier, c’est facile, contactez la Cheffe de projet de la Chambre Enseignement, elodie.warnier@cfwb.be.

6. Pacte sur les compétences

Pact for Skills

© gerasimov_foto_174 / Shutterstock

Comme annoncé dans nos précédentes éditions, il vous est désormais possible de soumettre des projets innovants dans le cadre du « Pacte sur les Compétences » (« Pact for Skills ») lancé en novembre 2020 par l’Union Européenne.

Si vos projets concernent de nouvelles approches stratégiques et coopératives permettant d’apporter des solutions innovantes dans le cadre du développement des compétences pour toutes les catégories d’âge, et si vos projets touchent de près ou de loin aux domaines du tourisme, de la mobilité, de la construction, des métiers verts, du textile, du digital, de la vente et / ou de l’économie sociale, il vous est loisible de soumettre un dossier.

L’IBEFE BW ayant adhéré au « Pacte sur les Compétences » en décembre dernier, nous pouvons nous charger de rassembler vos projets et d’améliorer (le cas échéant) leur présentation.
Faites-les nous parvenir avant le 1er septembre 2021 à l’adresse de messagerie :
info@bassinefe-bw.be

Articles intéressants à partager

Dans cette rubrique, nous faisons appel à vous pour le partage de connaissances et de points de vue sur les thèmes en lien avec nos préoccupations.

Voici les articles qui ont été épinglés, nous vous proposons de les partager :

  • Le nouvel appel à projets du Forem - Appui aux parcours vers l'emploi

Le Forem a lancé ce vendredi 30 avril 2021 son nouvel Appel à projets – Appui aux parcours vers l’emploi. Celui-ci prévoit une programmation continue de 2022 à 2024, articulée autour de différents types de parcours : direct, intensif, spécifique.

Le texte complet est disponible sur le site internet www.leforem.be, onglet Partenaires ou en cliquant ici.

Les dossiers de candidatures doivent impérativement être rentrés pour le 30 juin 2021.

  • Digitalisation : La Fondation Roi Baudouin lance un appel à projets

La Fondation Roi Baudoin lance un appel à projets pour les acteurs du numérique et/ou de la formation qui souhaitent développer des formations et de l’accompagnement pour des organisations de première ligne sur le thème de l’inclusion numérique. Le Fonds ING pour une Société plus Digitale offre à ces acteurs le savoir-faire et les outils nécessaires pour soutenir leur public cible vulnérable.

Clôture de l’appel 29 juin 2021. Plus d’infos, cliquez ici.

  • L’engagement citoyen de femmes issues de l’immigration comme tremplin vers l’emploi : La Fondation Roi Baudouin lance un appel à projets Trempoline

L’appel à projets « Trempoline » vise à soutenir des projets qui, à travers l’engagement bénévole et le coaching de femmes issues de l'immigration, les aident à faire des choix informés en matière d'emploi. Ces projets cherchent à associer les 4 dimensions suivantes ou à établir un partenariat pour y parvenir :

- Coaching des femmes issues de l’immigration

- Leur offrir des possibilités de bénévolat au sein de votre organisation ou en partenariat avec

d’autres organisations

- Conseils personnalisés en matière d'emploi

- Soutien, orientation et accompagnement par des mentors.

Clôture de l’appel 6 septembre 2021. Plus d’infos, cliquez ici.

 

 

L’équipe de l’IBEFE BW est joignable de la manière suivante :

 

 

 






































Back to Top